Voici mon article publié sur Linkedin le 15 février 2016.

 

Être travailleur autonome présente son lot d’avantages mais aussi d’inconvénients.

La première question à vous poser est la suivante :

Est-ce que je suis travailleur autonome par choix ou par circonstance (perte d’emploi)?

Ensuite, je vous propose d’écrire une liste des raisons pour lesquelles vous avez fait votre choix et de vos émotions. Cet exercice peut vous apporter des prises de conscience importantes qui peuvent vous être utiles par la suite.

Parfois, j’accompagne un client qui a perdu son emploi et je lui pose des questions à ce sujet. Le client réalise rapidement qu’il y a encore des choses (conscientes ou inconscientes) à régler, des émotions ou des croyances associées à sa situation. Les choses vont autrement de ce qu’elles devraient aller.

Voici quelques exemples de choses  à changer :

  • Se demander encore « pourquoi moi »?
  • Avoir encore de la colère envers leur employeur ou patron
  • Manquer de confiance en soi
  • Douter sur sa capacité et sur ses compétences
  • Douter de sa propre identité, car souvent les gens qui s’associent beaucoup à la performance, aident les autres, etc. se sentent un peu perdus lorsqu’ils n’ont plus d’emploi. Je suis « quoi » si je ne suis plus un « gestionnaire »,  « vendeur », etc.
  • Ou tout simplement, éprouver un serrement dans le ventre quand ils voient le camion de leur ancienne entreprise passer dans la rue.

C’est comme avoir un boulet attaché à la cheville et courir un marathon. C’est pesant, ça brûle de l’énergie et ça vous ralentit. Mais lorsque tout ça est réglé, vous pouvez vous propulser avec légèreté pour atteindre vos objectifs!

Vous voulez vous propulser? Je vous invite à me contacter en privé pour en savoir plus sur le programme de coaching individuel personnalisé que j’offre.

Share This